Fondements théoriques de la médecine chinoise 

La médecine chinoise traitent essentiellement des théories fondamentales de la physiologie、 de l’étiologie et de la pathogénie du corps humain, ainsi que de la prévention et du traitement des affections et, notamment, du yin, du yang et des cinq mouvement, des manifestations des organes, de la physiologie de l’énergie, du sang et des liquides, des méridiens et leurs collatéraux, de l’étiologie et de la pathogénie, de la prévention et du traitement, etc.

  • La théorie du yin et du yang et des cinq mouvements procède de la philosophie des sages de l’antiquité. La médecine chinoise en applique les principes d’opposition et d’interdépendance, dans la perspective de l’unité des contraires, à l’explication de la structure du corps humain, de sa physiologie et de sa pathologie, et en pratique clinique, pour guider le processus de diagnostic et la thérapeutique.

  • La théorie des manifestations visible des organes étudie les activités physiologies des organes et des viscères, des tissu et des organes, leur relation avec les transformation pathologiques induites par la maladie, ainsi que les relations entre les viscères, les tissus, les organes et leur environnement extérieur. Ce mode d’approche représente une partie importante de l’édifice théorique de la médecine chinoise. Elle constitue la base conceptuelle de l’analyse dialectique des signes et des symptômes et de l’établissement de la thérapeutique qui en découle.

  • La théorie de l’énergie, du sang et des liquides physiologies concerne tout ce qui se rapporte à la production de ces trois substances, à leurs fonctions et à leurs relations mutuelles.

  • La théorie des méridiens étudie la fonction physiologique du système des méridiens, ses transformations pathologiques et ses relations avec les organes et les viscères. Elle constitue également une partie importante de l’édifice théorique de la médecin chinoise. Les méridiens et leurs collatéraux forment un réseau complet qui relie la superficie et l’intérieur, la partie supérieure et la partie inférieure de l’organisme humain.  Ce réseau assure la liaison entre les organes et les viscères, les tissus et les organes, et constitue la voie de circulation de l’énergie et du sang.

  • L’étiologie s’intéresse essentiellement à la nature des facteurs qui provoquent les maladies et particulièrement aux manifestations cliniques des symptômes qu’ils provoquent.

  • La pathogénie étudie la manière dont la maladie apparaît, évolue et se transforme, de façon à en déterminer la nature intrinsèque.

  • La prévention et les règles thérapeutiques concernent les règles fondamentales de la prévention et du traitement des affections. La médecine chinoise privilégie la prévention des maladies et considère qu’il est très important de traiter avant l’apparition de l’affection. Ce principe essentiel permet de maîtriser la maladie lors de son apparition ou au cours de son évolution.  Des principes essentiels de thérapeutique tels que « rechercher la racine pour traiter l’affection », «  aider le physiologique, évacuer le pathologique », «  régulariser yin et yang », «  tenir compte du patient, du climat, de la région pour faire ce qui convient ».

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.